coup de gueule - arespeinture

Aller au contenu

Menu principal

coup de gueule

de tout et de rien


Pourquoi certains artistes doivent se défoncer pour peindre ou pour écrire  les cris du réalisme quotidien : horreurs ou utopies de ce monde ?
Kerouac, Hubbard, Burroughs, Bukowsky, je vous admire, mais chez moi les idées viennent naturellement et en permanence.
Inutile de shooter ma cervelle avec vos saloperies de rêves !
Est-ce à dire que mes œuvres ne seraient que de vils déchets sécrétées par mon corps ?
Ne serais-je qu'un brave forçat du travail  et non un génial créateur ?
Peut-être incompris, mais com
me des millions d'autres !
Non retenu par la presse, parce que trop complexe !
Non reconnu par le public parce qu'intellectuellement trop abstrait !
Délaissé par les galeristes car sans garantie sur investissement !  

Pourquoi ce putain de monde ne me salut-il pas de mon vivant ?
Quand je serai mort, il sera trop tard, ma chère épouse n'aura gardé de mes œuvres, que les petits morceaux qui lui plaisent, ceux qu'elle voudrait que je lui découpe dans mes tableaux !  
J'éclate mes entrailles pour en presser une bouillie culturelle brumeuse et confuse, à l'image du déclin de notre
civilisation dégageant trop de fumées de pétards, de voitures ou d'usines, recouvrant d'un linceul opaque l'avenir de nos enfants !
Amis artistes, à quoi sert-il de crier ce désespoir, vous qui connaissez la suite de l'histoire, celle où les hommes ont décidés de crever seuls dans leurs mégalos cités.
Les archéologues (s’il en reste ?) des siècles futurs, s'interrogeront peut-être, devant ces œuvres retrouvées et chercheront à comprendre comment notre époque, qui a possédé des trésors de création inimaginables, a si désinvoltement réussi à s’autodétruire.
Par chance, mon art est radioactif et la chape de plomb de l’indifférence ne m'empêchera pas de survivre dans le joyeux bordel de notre civilisation !

janvier 1995     
(version déjà expurgée en 2001, en 2006, en 2010, et encore en 2012
c’est vraiment terrible de penser que je m'assagis en vieillissant !)

extrait de la toile "Jeu de carte de crédit " de 2013

Retourner au contenu | Retourner au menu