lecture - arespeinture

Aller au contenu

Menu principal

lecture

de tout et de rien

Dix années de la vie d’un artiste peintre plongeant dans la vie politique sans même se poser la question de savoir si ces deux moyens de s’exposer étaient compatibles ?
Il savait seulement que les façons de s’y exprimer seraient totalement contradictoires ! Mais allaient-elles devenir amies ou ennemies ? Se soutenir et se compléter ou se combattre, au pire s’annuler ?
L’artiste vit sur un nuage et le politicien est terre à terre. A moins que ce ne soit le contraire ?
Sa route fut sinueuse et encombrée, difficile d'avancer dans le doute de la création. Après quelques coups de gueule, il a trouvé que les belles couleurs existent aussi dans les catastrophes.
Elles portent l’espoir d’un jour nouveau qui se lève en recréant à chaque fois de subtiles variations chaudes, semblables à l’amitié, la convivialité, la générosité, douces et délicates comme l’espérance et le bonheur de de vivre.
Un fabuleux moyen d’expression ! Une raison suffisante pour exister ! C’est peut-être pour cela que des artistes s’obstinent encore à peindre des tableaux.

Errance romancée au coeur d'un handicap ordinaire.
Interdit de rêver, l’émotion affaiblit l’homme !

Qu’importe, il n’est encore qu’un gamin qui a le droit de s’échapper dans son vaste monde onirique. Et il ne s’en prive pas, il rêve de tout, surtout de son corps, un corps idéalisé, beau comme le David en marbre de Michel-Ange.
Parce que lorsqu’il ne rêve pas, il gribouille dans son cahier d’écolier, l’histoire d’un petit garçon handicapé qui n'accepte pas d’entrer dans le moule, trop mou à son gré, des assistés de notre civilisation.
Un sacré caractère ! Il gueule son envie de vivre, il explose au moindre bonheur, sa réalité quotidienne bouillonne dans sa tête remplie d’idées, ça le chatouille dans son slip et sa guibolle mal foutue le harcèle dans son errance sur la route du doute. Alors, il refuse d’être le triste héros du roman d’une vie de famille transparente et silencieuse. Il préfère en rire et sans cesse se battre, être en guerre contre les tabous, les interdits, les contraintes moyenâgeuses de sa religion et l'infinie bêtise humaine.
D’un regard aiguisé mais sensible, ouvert sur la Genève de l'après guerre, il nous entraîne dans une quête amoureuse mêlant désespoir et jubilation.

Mon poisson rouge a pété les plombs
Journal d'un peintre et écrivain 2003-2009
Peintre et écrivain, il peint en décrivant ses créations aux vives couleurs, à moins qu’il n’écrive en peignant ses sautes d’humeurs. Dans un labyrinthe artistico politique, il raconte comment la passion de l’Art peut égarer un homme déjà occupé par l’histoire d’un poisson rouge qui nage dans sa tête ? Il ne voulait qu’exposer et éditer ses œuvres ou celles d’autres artistes ! Mais l’encombrante bestiole s’est mise à tourner en rond, de plus en plus vite, lorsqu’il a lancé ce défi insensé de vouloir partager un bonheur durable !
Le drapeau de l’Art flotte sur la barricade de l’inculture ! Alors, n’attachez pas d’importance au chat noir irréligieux qui a perdu la vie en jouant au poker ! Son amour du beau était devenu un monstre chahut qui s’opposait froidement au désordre officiel !
Pour vous en convaincre, lisez le journal de ce tour du monde en 80 tableaux ! Mais attention, l’auteur affirme qu’il ne faut pas croire toutes les histoires écrites dans les livres !

1ère édition : octobre 2003 :épuisée
2me édition : octobre 2008
16 x 22 cm. 178 pages frs 25.-
aux Editons à la Carte - Sierre


édité en  2008
15 x 21cm. 246 pages : € 17,90
aux Editons Thélès à Paris
Bonus : voir les photos illustrant le récit !

sortie le 28 octobre 2009
16 x 22 cm. 150 pages illustrées frs 25.-
aux Editons à la Carte - Sierre

Retourner au contenu | Retourner au menu